Calories dans le melon

100g de melon vous apportent :

Calories : 32 Kcal
0,7g de protéines
6,5g de glucides
0g de lipides

Combien de calories dans le melon ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le melon n’est pas un fruit mais un légume. Il est, en effet, issu de la famille des cucurbitacées, au même titre que la courgette ou le potiron. Mais, comme il dégage un parfum et une saveur sucrée, on a plutôt tendance à le classer parmi les fruits. Néanmoins, même s’il est sucré, le melon reste peu calorique. 100 g n’apportent, en effet, qu’une trentaine de calories. Pourquoi si peu ? Tout simplement en raison d’une teneur modérée en glucides, environ 6,5 g pour 100 g, et surtout grâce à une forte composition en eau, plus de 90 %. Le melon est donc tout indiqué pour se désaltérer, l’été, sans craindre l’excès calorique.

Histoire du melon

Le melon serait originaire d’Afrique. Des traces archéologiques indiquent qu’il était cultivé en Égypte il y a plus de 4000 ans. Mais, à l’époque, il ne s’agissait pas du melon tel qu’on le connaît aujourd’hui. Il était plus petit et tellement insipide que les grecs et les romains, dans l’Antiquité, le consommaient comme légume agrémenté d’épices. Ce n’est qu’à la Renaissance que le melon gagna ses lettres de noblesse. Et ce, grâce à des moines italiens qui, en croisant plusieurs variétés de melons, donnèrent naissance à un fruit gorgé d’eau, à la saveur sucrée. En France, il a fallu attendre le 16e siècle pour que le melon arrive dans le sud-est de la France. Au 17e siècle, la production de melon continue sa progression plus au nord, pour s’implanter en Anjou, en Touraine et en Charente. Depuis, cette région a donné son nom à la variété de melon le plus répandu, le melon charentais.

Choisir et conserver le melon

Le melon est essentiellement présent sur les étals durant la période estivale, de juin à septembre. Pour choisir un melon savoureux et de qualité, il est conseillé de le toucher et de le sentir sans oublier de bien regarder son aspect. Et oui, car plus un melon est lourd dans la main, plus il est sucré. En ce qui concerne l’odeur, le melon doit dégager un parfum léger et agréable. Par contre, si vous trouvez qu’un melon sent trop fort, c’est qu’il est déjà trop mûr. Enfin, le dernier détail à ne pas négliger, c’est l’état de son pédoncule. S’il est craquelé ou qu’il se défait, c’est que le melon est mûr à souhait. Côté conservation, tout dépend du stade de maturité du melon choisi. Plus il est mûr, plus il faudra le consommer rapidement. Sinon, vous pouvez le conserver à température ambiante jusqu’à ce qu’il mûrisse un peu plus. Mais, dans la mesure du possible, évitez de le placer au réfrigérateur où il risque de parfumer les autres aliments qui y sont présents.

Le melon pour le régime

Le melon ne pose aucun problème pour le régime, bien au contraire. Sa richesse en eau, en plus d’apporter une hydratation optimale à l’organisme, peut aider à se sentir rassasié rapidement. L’avantage, c’est que vous aurez tendance à moins manger et donc à diminuer votre apport calorique de la journée. Mais ce n’est pas tout car, comme il est riche en carotène, le melon contribue également à l’effet bonne mine et aide à lutter contre les radicaux libres, responsables du vieillissement prématuré des cellules. Enfin, sa teneur en fibres peut être un atout pour les transits les plus difficiles.